Menu
Dossiers / L'art dans votre vie

Un atelier sur mesure

En ces temps de désarroi, quand une pandémie mondiale transforme ton appartement en un refuge où plus personne ne vient fêter ou manger. Quand ta bulle est réduite à une personne, il est temps d’adapter ton logement aux besoins du locataire des lieux.

Lorsqu’on se retrouve entièrement libre de son temps, sur une pause cancer-Covid, on doit se rendre à l’évidence que pour créer il faut avant tout du temps et un espace pour le faire.

Comme j’habite un grand loft, tout est ouvert. Soudainement, la salle à manger, le boudoir et la cuisine n’ont plus aucune utilité. Mon minuscule studio, à l’arrière, croule sous l’équipement de peinture. Le pupitre d’écriture et les deux bibliothèques massives emplissent le reste de l’espace.

Je vais transformer ma grande pièce en atelier permanent, vider le studio de tout le matériel inutile et évoluer vers une peinture sans danger pour mon asthme.

La meilleure lumière est celle de la salle à manger, et la grande table massive est accessible de tous les côtés. Pour éviter les dégâts de vin, ma table est recouverte d’une nappe en vinyle doublée de feutre. Pour compléter cette protection, j’ai juste eu à ajouter un tapis en plastique noir sous la table et j’avais une surface immense à ma disposition. La chaîne stéréo est juste à côté, la télé dans mon champ de vision pour les pauses et, le comptoir de café devant moi, sans oublier la cuisine à portée de main avec son lavabo. Sous l’immense comptoir, j’ai pu ranger toute ma peinture dans de petits meubles sur roulettes.   

Je n’étais plus confinée dans une petite pièce surchargée, mais entourée de quatre grandes fenêtres, de 35 tableaux de mes peintres favoris et de plus d’une dizaine de sculptures.

Chaque toile ravive des souvenirs

On est loin de taches de couleur sur les murs, chaque artiste me ramène à des époques différentes de ma vie. Entourée de ma galerie personnelle, je m’aventure sur les chemins de la sensibilité et revisite les coups de cœur que j’ai eus en les achetant. Toutes les œuvres accrochées sur mes murs restent psychologiquement vivantes. Elles me rassurent et illuminent mon quotidien.  

Chaque sculpture apaise mon âme

J’ai eu la chance d’être initiée à la sculpture Inuit par une des meilleures spécialistes canadiennes et de travailler pour une galerie qui offre une des plus belles collections au pays. Chaque sculpture, que ce soit un ours polaire, un bœuf musqué, des bélugas ou un Plongeon huard, apaise mon âme et, tel un esprit protecteur, m’invite à l’introspection. La sculpture représente la dimension spirituelle de mon appartement et me maintient dans une conscience de tranquillité.

Un atelier sain

Lorsque vous êtes asthmatique, l’huile devient toxique, alors il faut malheureusement, après plus de 15 ans de pratique changer de médium.

L’acrylique

L’acrylique ne sent presque rien, de plus, lorsque je débute un tableau, comme elle sèche vite, elle me permet des corrections successives très rapidement. Les erreurs peuvent être facilement corrigées, elle se transporte et s’entrepose sans difficulté, même non finie. Elle ne jaunira pas avec l’âge, ne se décolorera pas et, grâce à sa souplesse, peut être roulée sans risque de craquelure.

J’utilise la Golden car elle est accessible partout au Québec et en Ontario.

L’huile hydrosoluble

Par contre, comme je veux garder mes vieilles habitudes, je suis passée à l’huile hydrosoluble qui conserve les caractéristiques de l’huile traditionnelle. Dépourvue de solvant et d’odeur, elle peut se travailler à l’intérieur et est idéale pour les artistes soucieux de leur santé.

C’est un médium facile à utiliser. Quand l’eau remplace le solvant, tout est simplifié, notamment le nettoyage du matériel et des mains qui se fait à l’eau savonneuse. Vous sauvez également votre manucure et ce médium est écologique. Chez Wallack, j’ai trouvé l’huile extrafine Cobra Artist dont les couleurs sont brillantes et intenses, mais dont les tubes coulent. Toujours chez Wallack, j’ai trouvé une huile japonaise Duo Aqua Oil en tube de 110 ml et 40 ml. Elle est moins chère et me plaît. Chez de Serres on trouve la Winsor & Newton Artisan en petits tubes de 37 ml.  Les nuanciers évoluent constamment, mais de nos jours, ils sont presque aussi étendus que les gammes standard.

Le temps de séchage varie selon la marque et Duo et Cobra sèchent plus rapidement que l’huile classique. Il faut donc expérimenter. Je n’ai pas utilisé d’autre médium que l’eau alors l’utilisation d’un autre diluant permet sûrement d’allonger le temps de séchage.

On peut changer d’avis en cours de route, ou apporter une touche finale à l’huile, toutefois l’huile prend le dessus.

Un support versatile et peu encombrant

Comme je n’ai pas d’espace de rangement, que les projets d’expositions de groupe sont sur la glace pour au moins deux ans, que je suis essentiellement un peintre narratif au service de l’écriture, je me suis débarrassée de toutes mes toiles et de tous mes encadrements. Désormais, je peins sur du carton entoilé.

Il s’agit d’une toile marouflée sur un morceau de carton et recouverte d’un enduit universel.

Économique, rigide et léger, il est également pratique pour peindre sur le motif. Je sais que de nombreux artistes le considèrent comme un support sans noblesse, mais il répond actuellement à tous mes besoins.

Je peux entreposer plus de 50 toiles sur une tablette de mon armoire, les manipuler et les transporter facilement, et le vernissage peut se faire sur le balcon. Présentement, toute ma production est consacrée à un projet d’exposition solo multidisciplinaire et à la création des décors, des accessoires et des personnages de mon premier roman, alors je peux considérer ces toiles de dimensions réduites comme des études ou des pochades. Vu la versatilité de ce support, je peux exposer plus de 7 toiles à la fois sur mon long comptoir et, les avoirs dans le collimateur en permanence.

Ces cartons se vendent chez de Serres, en paquet de 10, dans des formats allant de 6 po. par 6 po. à 10 par 20.

 En 2019, je vivais dans un appartement, en 2020, j’évolue dans un studio galerie.

L’art et la vie fonctionnent ensemble. Tout est dans tout et, vivant, on engrange, on amasse des questions, des émotions suscitées par des œuvres.

Je ne suis pas tout le temps au travail, mais je suis tout le temps en éveil.

Maylis De Kerangal
0

3 Commentaire

  • Lynne Lapointe
    octobre 17, 2020 at 8:55

    État d’esprit laissant présager aucun confinement mais plutôt une grande liberté, une omniprésence. C’est merveilleux cet atelier. Bravo.

    +1
    Répondre
  • Lysette Brochu
    octobre 18, 2020 at 5:50

    Ici, pendant que je t’écris, je regarde deux de tes magnifiques toiles. Tu es vraiment une femme aux mains de couleurs! En ce dimanche maussade, j’ai vraiment un plaisir fou à naviguer sur ton site. Et tu réponds à plusieurs questions que je portais en moi concernant la peinture à l’huile ou à l’acrylique. Déploie tes ailes prends toute la place que tu veux. Pourquoi pas? Tu crées tant de beauté autour de toi. Ton site est merveeilleux!

    +1
    Répondre
    • Blanche Claire Gaudreault
      octobre 18, 2020 at 6:28

      Merci ma belle amie.

      0
      Répondre

Laisser un commentaire